Bon appétit, Messieurs!

A l’heure où la Catalogne espagnole est secouée par les vélléités indépendantistes de ses dirigeants politiques, ce texte extrait de Ruy Blas, pièce de Victor Hugo, me semble bien actuel.

Le texte est ici : http://lettres.ac-rouen.fr/francais/romantik/ruy-blas/blame1.html

Publicités

Vieille ferme à la Toussaint – Emile Verhaeren

Petit rappel: en France au premier Novembre il est de tradition de se souvenir de ses morts. Cela s’appelle la Toussaint.

Rappelons-nous en cette occasion d’Emile Verhaeren qui avait une grande place dans les classes primaires des années cinquante du siècle passé et dont on fête le centenaire de la mort le 25 Novembre prochain. Ses poêmes étaient illustrés et récités par coeur par des générations d’écoliers en tablier…

Vieille ferme à la Toussaint

La ferme aux longs murs blancs, sous les grands arbres jaunes,
Regarde, avec les yeux de ses carreaux éteints,
Tomber très lentement, en ce jour de Toussaint,
Les feuillages fanés des frênes et des aunes.

Elle songe et resonge à ceux qui sont ailleurs,
Et qui, de père en fils, longuement s’éreintèrent,
Du pied bêchant le sol, des mains fouillant la terre,
A secouer la plaine à grands coups de labeur.

Puis elle songe encor qu’elle est finie et seule,
Et que ses murs épais et lourds, mais crevassés,
Laissent filtrer la pluie et les brouillards tassés,
Même jusqu’au foyer où s’abrite l’aïeule.

Elle regarde aux horizons bouder les bourgs ;
Des nuages compacts plombent le ciel de Flandre ;
Et tristement, et lourdement se font entendre,
Là-bas, des bonds de glas sautant de tour en tour.

Et quand la chute en or des feuillage effleure,
Larmes ! ses murs flétris et ses pignons usés,
La ferme croit sentir ses lointains trépassés
Qui doucement se rapprochent d’elle, à cette heure,
Et pleurent.

Emile Verhaeren, Toute la Flandre

 

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA